Nouvelle passerelle cyclo-piétonne : choisir le bon emplacement !

Source : Le Carillon, journal du Comité des citoyens et citoyennes du quartier Saint-Sauveur.
Le Comité des citoyens et citoyennes du quartier Saint-Sauveur réagit avec étonnement à la promesse électorale d’Équipe Labeaume quant à l’emplacement de la future passerelle cyclo-piétonne reliant les quartiers Saint-Sauveur et Vanier. Le Comité est d’avis que le choix de l’emplacement doit être effectué non pas en fonction du plus bas coût de réalisation, mais bien en fonction de l’endroit idéal.L’objectif initial de cette passerelle est de garantir la traversée de la rivière Saint-Charles entre les quartiers Saint-Sauveur et Vanier. Afin de favoriser un usage utilitaire, il apparait primordial de choisir un lieu qui soit en connexion directe avec les rues des deux quartiers. Côté Vanier, tous les scénarios dirigent la passerelle sur la rue Bourdages qui longe de près la rivière. Côté Saint-Sauveur, le bout de la rue Carillon est tout près de la rive et représente en ce sens un lieu privilégié d’accès au quartier, tout comme les rues Renaud et Bigaouette.En plus d’un manque de connectivité avec le quartier Saint-Sauveur, le choix du Parc Victoria comme lieu d’implantation de la passerelle pose plusieurs autres problèmes, notamment en ce qui a trait à la sécurité, particulièrement la nuit, à la proximité avec la passerelle de l’autoroute Laurentienne et au détour imposé par le Parc Victoria qui ne favorise pas les personnes à mobilité réduite.Travaillant sur le dossier depuis de nombreuses années, le Comité a consulté les citoyens et les citoyennes, les gens d'affaires ainsi que les groupes communautaires du quartier, il a analysé les besoins réels de la population et cherché le meilleur emplacement pour la future passerelle.Les discussions avec les élus de la ville nous ont pour un moment donné l’espoir que le choix qui serait effectué corresponde aux besoins des populations touchées. Toutefois, l’attitude cavalière d’Équipe Labeaume nous porte à élever la voix pour que l’emplacement de la future passerellesoit choisi en fonction des enjeux de mobilité et non uniquement en fonction du montant réservé au Programme triennal d’immobilisation (PTI).Le Comité est membre du Comité de suivi du plan de mobilité durable de quartier.