Même en juillet, vous pouvez refuser une hausse de loyer !

Source : Le Carillon (journal du Comité des citoyens et citoyennes du quartier Saint-Sauveur), mai 2013 (...) Même si la pénurie est moins criante qu’il y a une douzaine d’années, le coût des logements a connu des hausses fulgurantes durant cette même période. En 2003, le prix médian d’un 4 ½ avec services était de 570 $ dans la région de Québec. En 2012, un logement équivalent, toujours avec services, avait grimpé à 825 $. Cela représente une hausse considérable quen’imite absolument pas celle des revenus. (...)Les propriétaires profitent souvent de l’arrivée de nouveaux locataires pour augmenter le prix du loyer de façon exagérée. Lorsque vous signez un nouveau bail vous avez le droit de savoir combien payait l’ancien locataire. (...)

Hausse exagérée? Réagissez !

Si le propriétaire n’a pas inscrit le montant que payait l’ancien locataire, vous avez jusqu’à deux (2) mois après le début du bail pour demander une révision du prix du loyer à la Régie du logement. Si le montant inscrit est plus bas que celui qui vous est demandé, vous avez dix (10) jours à partir de la signature du bail pour demander une révision du prix du loyer à la régie du logement. Si le propriétaire a fait une fausse déclaration, vous avez aussi jusqu’à deux (2) mois après la connaissance de la fraude pour demander une révision du prix du loyer. (...)[ Lire la suite en page 9. Archives des numéros précédents. ]