Le mauvais garçon

Audrey MarcotteLes débuts de relation sont exaltants. On se dévore des yeux, on veut tout savoir de l’autre, de celui qui est entré dans notre vie comme un coup de vent, et qui est là pour rester.J’ai rencontré Saint-Sauveur en 2006. Aux allures d’un mauvais garçon, je ne lui ai pas accordé ma confiance avant un certain temps. J’ai donc appris à le connaître et à l’apprivoiser. Malgré certaines tensions perceptibles, notre relation demeurait, somme toute, harmonieuse.Pourtant, après quelques mois seulement et pour des circonstances exceptionnelles, nos chemins se sont séparés...… Pendant quelques années.Nos chemins se sont croisés à nouveau en 2012. Je ne sais pas si Saint-Sauveur avait changé ou si c’est moi qui avait changé, mais il m’a plu tout de suite. La timidité du début s’étant estompée, je me souviens de ces balades en soirée dans les rues paisibles, de ces bons restos asiatiques que nous avons partagés, chaque fois arrosés d’une bonne bouteille de vino.Saint-Sauveur est entré dans ma vie comme un coup de vent. Mais je l’aime déjà.J’ai hâte de voir le Saint-Sauveur de demain, j’ai hâte de voir mon Saint-Sauveur dans 10 ans. Je vous invite à être témoins de ce nouvel amour, qui se fera grandissant avec le temps et qui, je l’espère, vous sera contagieux.