Conversion de logements à Québec : un moratoire trop doux

Source : Le Soleil, Isabelle Mathieu, 30 janvier 2013 (...) De plus en plus de locataires frappent à la porte du BAIL, affirme l'organisme, inquiets de devoir laisser leur logement parce que le propriétaire veut en faire un condo divise.La Ville de Québec a assoupli il y a un peu plus d'un an son moratoire qui venait interdire la conversion de logements en condos. Depuis, les propriétaires occupants d'édifices de cinq unités et moins ainsi que ceux dont les loyers sont supérieurs au loyer médian peuvent convertir les logements en condo divise.Cette levée partielle du moratoire a accentué la pénurie de logements qui est déjà criante, avec un taux de vacance de seulement 2 %, affirme Nicole Dionne, porte-parole du BAIL. «Les logements qui sont convertis sont généralement de grands logements, pour les familles, ce qui fait que les familles se retrouvent à la rue avec beaucoup de difficulté à se reloger à un coût abordable», déplore Mme Dionne.Les quartiers Saint-Sauveur et Limoilou sont en train de se gentrifier, ajoute Mme Dionne, ce qui chassera éventuellement une catégorie de résidents. (...)[ Lire la suite. En complément : Extrait vidéo de l'allocution de Jonathan Carmichael du BAIL. ]