Cauchemar sur la rue Hermine

« Aille, ça a tu du bon sang?! » sont les mots qui me venaient à l’esprit à chaque fois que je passais devant le Mur Insolite pour me rendre au travail. C’est bien connu, l’inconnu peut faire peur et les têtes de clowns méchants aussi.Samedi le 9 mars dernier, les amateurs de dark art, de surréalisme et autres mortels étaient conviés au vernissage de l’exposition Néant. L’occasion parfaite pour moi d’ouvrir mes horizons et de faire le plein d’images fortes. J’enfile mon kit le plus goth et je pars.Je crois entrer dans la chambre à coucher de Ozzy. Des chaînes pendent du plafond et sur les murs gris foncé, d’épais rideaux rouges encadrent les oeuvres. Près du comptoir, un lit de bébé pouvant avoir appartenu au rejeton de Satan fait office de décoration. Pas très shabby. Je me dirige vers le dit comptoir et paie la contribution volontaire.Verre de vin en main, je m’entretiens quelques instants avec la conjointe de Synbryo, l’un des propriétaires. Je lui demande si ça marche leur affaire. Elle me répond que depuis l’ouverture, il y a presque deux ans, l’achalandage a connu une augmentation considérable. Cependant, elle me confie à regret que son conjoint et son acolyte Anktil ont de la misère à arriver. Leur projet jugé controversé par le CLD de Québec, ils doivent fonctionner sans subvention.Si l’art macabre ne fait pas l’unanimité de tous, la galerie peut cependant compter sur divers partenaires qui mettent l’épaule à la roue par le biais d’échange de service, de contributions financières ou par le don de temps et de matériel. Le Mur Insolite collaborera aussi avec "Living Dead Évènements et Productions" ainsi que "Vitesse Lumière" lors de la 4e marche annuelle de zombies qui tiendra lieu à Québec le 28 juin prochain. Pour l’événement, la galerie offrira ses services de maquillage en échange de 20 $.Je me dirige ensuite vers les œuvres exposées. Pour ceux qui en douteraient, ce n’est pas vilain du tout. Même si les sculptures macabres et les images cauchemardesques ne sont pas ma tasse de thé, je suis fort impressionnée par le talent des artistes résidents et invités. J’ajouterais que si comme moi, vous êtes fan de jeux vidéo, vous vous devez de venir contempler les « créatures » de l’artiste Rottenz. Le souci du détail confère un réalisme tout simplement hallucinant à ses œuvres. Gros coup de cœur aussi pour le travail d’Yzabelle Sénécal. Véritable virtuose du crayon de bois, elle allie avec justesse l’illustration scientifique au fantastique. Un vrai petit bijou pour les yeux.Les minutes passent et l’ancien dépanneur transformé en galerie se remplit d’une foule hétéroclite. Certains curieux viennent même avec leurs enfants.Je jase un peu avec Anktil qui m’explique comment il réalise ses fameux clowns méchants. Il me parle aussi de sa galerie, il en est fier et il veut que ça marche, ça paraît dans ses propos.Bref, ça vaut la peine de laisser ses préjugés chez soi des fois. Ça peut donner lieu à de belles rencontres. Ne soyez pas timides, allez rencontrer les artistes, je vous jure qu’ils ne mordent pas.