Saint-Sauveur en 2020 : des entrepreneurs qui osent | 30 décembre 2020 | Article par Julie Rheaume

Sylvie Albert (à droite) et sa fille Juliette, représentant une partie de l'équipe de la boulangerie Louis Marchand et Compagnie.

Crédit photo: Véronique Demers

Saint-Sauveur en 2020 : des entrepreneurs qui osent

En 2020, sur Monsaintsauveur, plusieurs de nos articles parmi les plus lus traitent de nouveautés gourmandes. Un salon de barbier et un café-skatepark inclusif ont aussi capté l’attention du lectorat. Retour sur une année pas comme les autres mais marquée par la fougue de plusieurs entrepreneurs…

Publicité

La nouvelle boulangerie Louis Marchand et Compagnie a suscité l’intérêt des lecteurs et lectrices de Monsaintsauveur. Il s’agit de l’article le plus populaire de l’année sur notre site. Depuis l’été dernier, l’établissement a pignon sur rue dans l’ancien local d’Épiafrica, au coin des rues Saint-Joseph et Saint-Vallier Ouest, comme l’indiquait Véronique Demers dans son texte publié le 6 juin.

Le barbier Alexandre Ruel.
Crédit photo: Véronique Demers

Le salon de barbier Le Temple, qui a ouvert ses portes en février dernier au 380, boulevard Langelier, a aussi suscité l’intérêt de notre lectorat. Il s’agit du deuxième article le plus lu de 2020. « C’est un quartier chaleureux, en pleine expansion et accessible », avait dit le jeune propriétaire Alexandre Ruel au sujet de Saint-Sauveur. Ce dernier souhaitait ouvrir un salon à l’image de ses valeurs.

Même si son ouverture a dû être reportée à l’automne 2021, le futur café-skatepark sécuritaire, inclusif et féministe Chez Matante Ollie a également attiré l’attention sur notre site. Les copropriétaires Myriam Richer et Audrey Couture Bérubé, adeptes du roller derby, y expliquaient les grandes lignes de leur projet.

Des odeurs de plats mexicains se dégagent désormais du 220, rue Saint-Vallier Ouest chez Julio Taqueria, le nouveau « bébé » de Vincent Thuaud et Jean-Baptiste Morin, également gestionnaires du bar à cocktails Chez Tao et du bar à huîtres jjacques. Cet établissement, situé dans les anciens locaux de chez Vallière, a également capté votre attention grâce à un article publié en août, avant son ouverture.

Une affiche du Royaume de la tarte.
Crédit photo: Suzie Genest

Enfin, pour compléter notre top 5 des articles les plus lus, le 30 mai dernier, nous vous proposions deux endroits où déguster des glaces dans Saint-Sauveur, soit à la nouvelle adresse du Royaume de la tarte, sur Charest, et au Renard et la chouette, sur Saint-Vallier Ouest. La « crème à glace » avait fait quelques percées timides dans l’actualité saint-sauveroise au cours des dernières années, mais y restait une denrée quand même assez rare.

Conseil de quartier, bière et résilience

Dans le reste du top 10, les thématiques sont des plus variées : de sujets traités lors d’une séance du conseil du quartier, en passant par une rue partagée ou des investissements dans une brasserie jusqu’au dur combat livré par une femme d’affaires et adepte de la mise en forme.

Notre texte du 3 juillet sur une nouvelle rue partagée dans Saint-Sauveur pour l’été 2020, une portion de la rue Raoul-Jobin, a aussi joui d’une bonne popularité. Jusqu’au 15 octobre, piétons, cyclistes et véhicules motorisés devaient s’y partager la chaussée, encadrés par une signalisation indiquant la nouvelle limite de vitesse.

Mathieu Tremblay, brasseur, et Brian Pierce, copropriétaire de Noctem Artisans Brasseurs.
Crédit photo: Véronique Demers

En janvier 2020, nous rapportions que les propriétaires de la brasserie Noctem Artisans Brasseur venaient d’investir
300 000 $ dans cinq nouveaux fermenteurs à leur usine de brassage, dans le parc industriel Saint-Malo. Cette somme devait leur permettre d’augmenter leur production de 60 %, une bonne nouvelle pour les amateurs de bières.

En février, les membres du conseil de quartier Saint-Sauveur ont voté à l’unanimité en faveur du projet du complexe Le Pantoum. Celui-ci visait à mettre aux normes les espaces du 76, rue Saint-Vallier Ouest, pour y tenir un studio d’enregistrement, des ateliers d’artistes en musique et une salle de répétition. Soulignons que le vote du conseil de quartier Saint-Sauveur ne représente qu’une recommandation.

Lors de cette séance, les membres du conseil de quartier s’était aussi prononcé en faveur du futur projet de coopérative d’habitation Dorimène, qui serait construit à l’angle des rues Saint-Luc et Saint-Benoît. Il s’agissait d’une initiative à vocation écologique et environnementale de 16 logements.

En septembre, nous faisions état du double combat de France Girard. La fondatrice du Studio Rebel luttait contre une leucémie aiguë en plus de devoir lutter pour la survie de son entreprise spécialisée dans les cours de yoga, de Pound (une séance de mise en forme avec des baguettes de batterie) et de Pilates, entre autres. Elle y livrait une belle leçon de résilience et de positivisme.

France Girard du Studio Rebel.
Crédit photo: Courtoisie

En savoir plus sur...