Première rue partagée dans Saint-Sauveur et autres nouvelles fraîches | 3 juillet 2020 | Article par Suzie Genest

Première rue partagée dans Saint-Sauveur et autres nouvelles fraîches

La Ville de Québec a inauguré aujourd’hui sa première rue partagée pour l’été 2020. L’honneur revient à la rue Raoul-Jobin, dans le quartier Saint-Sauveur.

Entre les rues Carillon et de l’Aqueduc, l’ancienne rue Sainte-Thérèse adopte dès aujourd’hui et jusqu’au 15 octobre le même principe qui régit par exemple la rue Sainte-Claire dans le quartier Saint-Jean-Baptiste et la rue Sault-au-Matelot dans le Vieux-Québec. Piétons, cyclistes et véhicules motorisés s’y partageront la chaussée, encadrés par une signalisation indiquant la nouvelle limite de vitesse.

Si les rues partagées sont d’abord une initiative « pour se tricoter un été » dans la foulée de la situation entourant la COVID-19, « c’est fait pour revenir » par la suite, a dit le maire Régis Labeaume.

La Ville de Québec a reçu 298 propositions de rues partagées pour tout son territoire.

« Ça concernait 65 rues puis finalement, seulement douze sur 65 répondaient aux critères, alors probablement qu’il faudra répéter ce que sont les critères, mais je pense aussi qu’il y avait beaucoup de militants là-dedans, il y avait des demandes qui étaient concertées. », a ajouté le maire.

D’ici la fin de l’été, 27 nouvelles rues partagées s’ajouteront aux trois existantes, dans cinq arrondissements, et l’arrondissement de La Cité-Limoilou abritera 14 d’entre elles. Pour l’instant, la Ville n’en a dévoilé que sept.

« La Ville a d’abord ciblé douze rues, douze rues dont les résidents ont été consultés, et de ces douze-là huit ont été retenues. […] Vous voyez pour l’instant, l’affichage qui est installé, c’est vraiment celui qui répond aux normes de la sécurité routière. […] Éventuellement, on va arriver avec un affichage peut-être un peu plus signature, quelque chose qui va marquer le pas quand on arrive dans une rue partagée, mais là, on va dire que c’est la première étape [pour] bien marquer et réglementer », a expliqué Marie-Josée Savard, vice-présidente du comité exécutif de la Ville de Québec.

Du côté des rues festives, 63 des 68 demandes reçues ont été acceptées et se mettent en branle dans les différents arrondissements.

Déambulations et jets de fraîcheur

À ces initiatives prévues s’ajoutent des nouveautés annoncées aujourd’hui pour « se tricoter un été ». Du 9 juillet au 6 septembre, on assistera à 96 occasions à des animations déambulatoires. Sur le thème « La tournée s’invite », jongleurs, musiciens et acrobates déambuleront dans des rues de la ville, dans le respect des règles sanitaires en vigueur. Citoyens et citoyennes des rues visitées seront invité.e.s à apprécier depuis leurs balcons, entrées et fenêtres ces animations. Un avis sera déposé dans leur boîte au lettres dans les jours précédents.

On assistera aussi à une tournée d’information et de prévention des pompiers, qui feront durant l’été 23 arrêts dans les quartiers, accompagnés de la « Zone fraîcheur du chef », une structure gonflable sous laquelle on pourra s’exposer à une bruine d’eau rafraîchissante.

« J’ai demandé à [Chantale Giguère, directrice générale adjointe de la qualité de vie urbaine et coordonnatrice municipale de la sécurité civile] qu’est-ce que les pompiers pouvaient faire pour rafraîchir les enfants. Le chef des pompiers, qui est ici, est un artiste dans le fond de son estomac. Et il nous a créé un spectacle interactif ou une prestation interactive », a résumé le maire de Québec en invitant au micro le principal intéressé, avant de s’emparer d’un boyau pour asperger cameramen, photographes et journalistes.