Le Camisac: un sac écolo fabriqué dans Saint-So! | 18 février 2020 | Article par Véronique Demers

Dominique Fiset, Sygie Gagné (grande fan du projet) et Émilie Côté.

Crédit photo: Véronique Demers

Le Camisac: un sac écolo fabriqué dans Saint-So!

Le Camisac vient de faire son entrée dans le quartier Saint-Sauveur. Le sac écologique, fabriqué à partir de camisoles qui allaient autrement emprunter le chemin du centre de tri, sera disponible à San Rococo Couture, à Rien ne se perd (RNSP) — meubles revalorisés et au salon de coiffure La Chop.

Publicité

Le duo formé d’Émilie Côté (RNSP) et de Dominique Fiset (San Rococo), à la tête du projet, a suscité un enthousiasme contagieux chez Sygie Gagné, propriétaire de la Chop. « Je suis fan! Mon salon de coiffure sera un point de vente. Quand Dominique m’en a parlé, ça allait avec l’optique de mon commerce. On a un coin friperie, et depuis trois ans, on offre des produits (shampooing, revitalisant, etc.) en vrac à nos clients. Bref, la valeur écologique est venue me chercher », a-t-elle exprimé en entrevue.

Le salon de coiffure de Sygie Gagné fait partie du mouvement Green Circle, qui lui permet de recycler 95 % des déchets générés. D’autres salons de coiffure de Québec ont emboité le pas, ainsi que des salons d’esthétique.

De son côté, Dominique Fiset mentionne qu’elle voulait autre chose que de travailler trop souvent seule, en silo, comme entrepreneure. « J’avais l’idée d’un sac réutilisable depuis longtemps. On est clientes l’une de l’autre. On a fini par s’encourager et partager nos trucs, nos angoisses. On a eu des discussions sur l’entrepreneuriat et, de fil en aiguille, on a réalisé le projet », explique Dominique Fiset, aidée de Joèla Saclier pour la confection des sacs.

« Moi, j’attendais justement quelqu’un avec qui je pourrais créer des sacs réutilisables! », a lancé Émilie Côté, de RNSP, habituée à revaloriser et restaurer des matériaux et meubles au départ délaissés.

Dépôt local de camisoles

Puisque les trois femmes entrepreneures prônent activement l’achat local, ainsi en est-il aussi pour le dépôt local. Les personnes ayant des camisoles en bon état (pas trouées, ni tachées, ni déchirées) dont elles ne se servent plus pourront encourager le projet de Camisac en venant les laisser dans l’un des trois commerces. Si cela les intéresse, elles pourront demander la confection d’un Camisac à partir de leur camisole.

C’est une étape de moins pour Dominique Fiset, qui va normalement les chercher au centre de tri, et procède ensuite au lavage, à la désinfection et à l’assemblage.

En savoir plus sur...