Trambus dans Saint-Sauveur : des citoyens inquiets des impacts possibles | 12 novembre 2019 | Article par Véronique Demers

Crédit photo: Courtoisie

Trambus dans Saint-Sauveur : des citoyens inquiets des impacts possibles

Fracture importante dans le quartier, perte de quiétude, gentrification, expropriations, élargissement de la chaussée, dézonage le long du boulevard Charest… Les craintes exprimées par une vingtaine de citoyens de Saint-Sauveur étaient nombreuses, lundi soir, quant aux impacts possibles du trambus, dont la mise en service est prévue en 2026.

Éric Martin, coordonnateur-animateur au Comité des citoyens et des citoyennes du quartier Saint-Sauveur (CCCQSS), l’un des médiateurs de la soirée avec Guillaume Béliveau Côté, a souligné la nécessité de soulever les problématiques liées au projet du réseau structurant de la Ville de Québec, avant le début des travaux, en 2022.

« On a eu un gain, avec la réduction d’une voie à l’ouest de Langelier, entre Langelier et l’Aqueduc, pour faire ralentir le trafic avant d’entrer dans la zone résidentielle de Saint-Sauveur », se réjouit M. Martin. « C’est pour ce genre de gain qu’on doit continuer de faire valoir nos préoccupations. Une consultation publique est nécessaire », avance-t-il.

Un document envoyé le 8 juillet dernier à Daniel Genest, directeur du Bureau du réseau structurant de transport en commun de la Ville de Québec, est resté lettre morte à ce jour, affirme M. Martin. Le président du CCCQSS et la présidente du conseil de quartier de Saint-Sauveur, qui le cosignent, y soulignent notamment l’importance de maintenir la canopée, de favoriser les déplacements actifs et de diminuer la circulation automobile.

La Ville de Québec s’était engagée à former des comités de voisinage à l’automne. Or les membres n’ont pas été encore choisis, et le projet a été reporté au début de l’année prochaine.

Saint-Sauveur Ouest

Plusieurs citoyens présents hier ont questionné par ailleurs le potentiel de développement du secteur industriel à l’ouest de Marie-de-l’Incarnation, touchant le tracé du trambus.

« Il y a beaucoup de décontamination à faire sur ces terrains dans ce secteur. […] Sinon, quant au trambus, je ne vois pas beaucoup d’avantages pour les résidents de Saint-Sauveur qui se déplacent majoritairement à vélo ou à pied. On aurait besoin plus de verdissement que de tramway », a mentionné Sandra, une résidente du quartier.

« La vision que s’est donnée la Ville de Québec pour développer le secteur ouest, dans le coin de la rue Frank-Carrel, est de développer plusieurs terrains sous-utilisés en ce moment sur le plan urbanistique », a expliqué Pierre-Luc Lachance, conseiller municipal de Saint–Sauveur, également présent à l’atelier de discussion. Rappelon qu’en avril dernier, la Ville de Québec avait lancé une démarche consultative en vue de l’élaboration de cette vision.

Malgré plusieurs préoccupation soulevées par les citoyens, Guillaume Béliveau Côté du CCCQSS a rappelé que la connexion avec les autres quartiers pourrait être facilitée par l’arrivée du trambus (qui devrait compter cinq arrêts dans Saint-Sauveur), mais qu’il manque un lien mécanique vers la Haute-Ville.

En fin de soirée, les personnes présentes ont émis quelques pistes d’action qui pourraient être posées dans les prochains mois, comme de se rendre au conseil d’arrondissement La Cité–Limoilou et au conseil municipal, de faire valoir leur opinion dans les médias électroniques et les médias sociaux, d’organiser d’autres soirées d’information.

En savoir plus sur...