Revengeance des duchesses 2019 – Myriam, la « basse-villaine » de Saint-Sauveur | 30 janvier 2019 | Article par Véronique Demers

Myriam Nickner, la « basse-villaine » duchesse de Saint-Sauveur

Crédit photo: Véronique Demers

Revengeance des duchesses 2019 – Myriam, la « basse-villaine » de Saint-Sauveur

Diplômée en patrimoine, Myriam Nickner portera fièrement les couleurs de Saint-Sauveur cette année pour la 10e Revengeance des duchesses, qui se déroule du 1er au 15 février.

Le patrimoine, le travail, les amis l’ont attirée dans le quartier en juin 2015. Du haut de son abondante chevelure frisée, la duchesse confie en quelques mots son amour pour son quartier, « instagrammable » à sa façon.

Qu’est-ce qui vous a amenée dans le quartier?

Lorsque j’ai appris que quelques amis s’installaient dans le coin et que mes anciens colocs venaient en Basse-Ville, ça m’a incitée à déménager. À l’été 2016, j’ai travaillé aussi comme agente de promotion pour la SDC Saint-Sauveur. Ça a renforcé mon sentiment d’appartenance, et j’ai connu un peu plus les lieux. J’aime aussi le fait que tout est accessible à pied ou en bus. Le Café Ma Station est d’ailleurs un lieu propice pour les rencontres et cafés entre amis, c’est un peu mon quartier général.

Pourquoi avoir choisi de devenir duchesse?

Un ancien de la Revengeance des duchesses, Mickaël Bergeron, m’a incitée à le devenir. À ce moment-là, j’étais en recherche d’emploi et ça me faisait un projet au travers de ma recherche. Je suis très créative; j’aime explorer différents médiums, mais aussi jouer avec les mots. C’est pourquoi d’ailleurs j’avais envie de me nommer « basse-villaine ». C’est un terme sympathique qui dénote un petit côté irrévérencieux.

Arborez-vous une marque distinctive?

J’ai reçu récemment en cadeau un chapeau de fourrure de ma grand-mère. Ça attire le regard, ça devient tranquillement mon marqueur. Et puis j’ai un petit côté redneck assumé. J’ai commencé à prendre des photos instantanées de garages et de pickups, très présents sur le territoire.

Que comptez-vous faire lors du lancement?

J’aimerais faire un TED Talk et parler de la création sous ses multiples facettes, un peu comme le vitrail. Je trouve qu’il y a une belle allégorie à faire sur la vie avec ce thème.

Saint-Sauveur, c’est…

C’est le quartier des paradoxes. Autant on peut apprécier la beauté de la nature, avec la rivière Saint-Charles, le parc Victoria et des arbres gigantesques, que les îlots de chaleur, l’insécurité aux traverses de piétons en raison de la circulation de transit et la pollution. Saint-Sauveur a beaucoup de personnalité, les gens sont accessibles et sociables.

Saint-Sauveur, ce n’est pas…

Ce n’est pas dangereux. On a reçu une fille de Paris qui faisait un stage à Québec, et elle était surprise de voir à quel point elle se sentait en sécurité. On se ressent pas les regards insistants sur nous. Il y a une sécurité et une liberté qui étonnent.

Quel secteur du quartier aimes-tu le plus?

À proximité du Patro Laval, il y a des maisons colorées assez flyées, des agencements architecturaux et à certains endroits, des trucs bricolés, pas conformes aux normes de la ville. Tout ce mélange est surprenant mais intéressant!

Quel est le secteur mal aimé, selon toi?

Les rues Marie-de-l’Incarnation et de l’Aqueduc. C’est désagréable d’y marcher. Il manque des considérations pour les piétons. L’aménagement actuel est beaucoup en fonction des voitures. J’ai aussi une certaine angoisse urbanistique en lien avec Saint-Vallier, mais je sais qu’un réaménagement est prévu.

Les activités de la Revengeance des duchesses 2019 débutent officiellement ce vendredi 1er février. On en retrouve le calendrier au  https://monquartier.quebec/revengeanceduchesses 
Dès le 1er février, on peut voter chaque jour, et bien sûr lire les billets du blogue, au http://revengeanceduchesses.com