L’Église adventiste du septième jour bientôt sur Saint-Vallier Ouest | 26 mars 2019 | Article par Véronique Demers

Crédit photo: Véronique Demers

L’Église adventiste du septième jour bientôt sur Saint-Vallier Ouest

L’Église adventiste du septième jour compte centraliser ses activités de culte à Québec au 855, rue Saint-Saint-Vallier Ouest. Le bâtiment était loué auparavant par le commerce de pierres tombales Monuments Delisle, qui a déménagé ses opérations cet hiver.

Possédant des locaux à Vanier et dans le Vieux-Québec, la communauté de fidèles était à l’ordre du jour de la dernière assemblée du conseil de quartier Saint-Sauveur, lors d’une consultation publique concernant l’autorisation de tenir des activités religieuses au local commercial en question, principalement le samedi matin et un soir de semaine. Le conseil s’est montré favorable à l’unanimité et recommande au conseil d’arrondissement de La Cité-Limoilou de poursuivre les démarches de modification réglementaire.

« Outre nos activités de prière et de dévotion, nous voulons nous rapprocher de la vie de quartier et des services de transport en commun. Nous sommes déjà très impliqués en éducation et en santé », souligne le pasteur de l’Église, Ngoy Kyala, un Congolais d’origine belge, arrivé depuis 8 ans au Québec.

M. Kyala poursuit en soulignant que près de 70 personnes assistent aux activités dans chacun des deux locaux loués. Quant au bâtiment de la rue Saint-Vallier Ouest, il peut en accueillir 106.

« Nous voulons un lieu de culte avec un faible impact. Nous cherchons plutôt à nous enraciner dans le quartier et développer de bonnes relations avec les voisins », explique M. Kyala.

L’Église adventiste du septième jour veut centraliser ses activités de Québec au 855, rue Saint-Vallier Ouest, dans le quartier Saint-Sauveur.
Crédit photo: Véronique Demers

Pas d’agrandissement permis

Le terrain en question est bordé par les rues Saint-Vallier Ouest au nord, Amédée-Auger à l’ouest, de Verdun à l’est, et une emprise ferroviaire au sud.

« Deux étapes sont nécessaires pour réaliser ce projet de modification, soit la permission d’occupation sur l’ensemble du terrain et de changement de vocation, pour que le bâtiment devienne un lieu de culte, où se dérouleront notamment de la dévotion et de la prière. La superficie maximale de plancher est de 215 mètres carrés. Ça correspond à la superficie actuelle du bâtiment. Il n’y a donc pas d’agrandissement possible, à moins d’une nouvelle demande (à la Ville) », souligne Sergio Avellan, urbaniste à la Ville de Québec.

Confusion sur le stationnement

Le stationnement annexé au bâtiment du 855, rue Saint-Vallier Ouest comprend une vingtaine de places, mais la saison hivernale rend les choses difficiles, ont évoqué des citoyens présents à la consultation publique la semaine dernière.

« Je ne suis pas sûre qu’il y a tant de stationnements que ça. Ça risque plutôt de déborder. Avec le nombre d’églises (catholiques) qui ferment, pourquoi ne pas récupérer une infrastructure existante », a suggéré Lise Pilote.

« Ça fait deux fois qu’on se stationne dans mon stationnement privé. Je n’ai pas de problème à ce que vous teniez des activités le samedi matin, mais c’est un stationnement privé. Et le stationnement que vous avez se réduit de moitié l’hiver. Comment allez-vous faire? », a mentionné Gérard-Philippe Forel Levasseur, propriétaire depuis 10 ans d’un bloc de logements sur la rue Amédée-Auger.

« Il y a eu en effet des gens qui se sont stationnés dans votre cours privée. C’était pour faire des travaux d’aménagement. On s’excuse pour la confusion », a indiqué M. Trépanier, adjoint au pasteur Kyala.

Soulignons que l’occupation du bâtiment doit commencer dans un délai de trois ans après l’entrée en vigueur de la permission d’occupation. Si rien n’est réalisé d’ici trois ans, le permis n’est plus valide.