Saint-Sauveur dans les années 1960 (28) : épicerie de la rue Père-Grenier | 30 décembre 2018 | Article par Jean Cazes

Crédit photo: Archives de la Ville de Québec

Saint-Sauveur dans les années 1960 (28) : épicerie de la rue Père-Grenier

La série « Saint-Sauveur dans les années 1960 » revisite le passé du quartier à travers des images d’archives de diverses sources.

Immortalisée le 8 janvier 1964, la scène à la une est tirée d’un négatif représentant une épicerie de la rue Père-Grenier. On y voit aussi un véhicule de marque Dodge (description des Archives de la Ville de Québec).

La photo comparative ci-bas, en direction sud-est, prise de la rue Bayard, date du 27 décembre 2018. L’ancien commerce, soit l’épicerie Gosselin (ici, sous un autre angle) a fait place, depuis, à un logement.

Déclin des épiceries de quartier

Dans son bel ouvrage De cloches et de voix : Patrimoine de la vie paroissiale à Notre-Dame de Grâce, publié en 2013, notre chroniqueur historien Dale Gilbert souligne le phénomène du déclin des épiceries dans les quartiers centraux, en particulier du côté de Saint-Sauveur.

Il rappelle qu’au milieu du XXe siècle, les résidents fréquentaient, pour leurs besoins essentiels et quotidiens, les commerces de proximité. Le quartier comptait alors plus de 160 magasins de coin de rue (épiceries et autres). Le magasinage se faisait à pied; les clients étaient fidèles, et le service, personnalisé.

Pour les achats plus importants, les grands magasins à rayons de Saint-Roch répondaient au besoin. L’amélioration des conditions de vie a permis ensuite l’achat d’autos, qui ont favorisé les déplacements vers les nouveaux centres commerciaux construits au début des années 1960. L’épicerie de coin de rue est alors devenue une espèce qui a aujourd’hui presque disparu.

Vous avez des souvenirs de l’épicerie Gosselin, notamment quant à l’année de sa fermeture? N’hésitez pas à nous en informer!

Archives de la Ville de Québec

À l’exemple de la photo en vedette, les images archivées de la Ville de Québec sont disponibles en ligne. On peut en faire la diffusion sans licence et sans frais en utilisant les vignettes estampées au logo de la Ville et en citant correctement les sources.

Lire le billet précédent de la série : Carrefour de la rue Saint-François.