Saint-Sauveur dans les années 1940 (21) : Marie-de-l’Incarnation après le blizzard | 4 février 2018 | Article par Jean Cazes

Crédit photo: Archives de la Ville de Québec

Saint-Sauveur dans les années 1940 (21) : Marie-de-l’Incarnation après le blizzard

La série « Saint-Sauveur dans les années 1940 » revisite le passé du quartier à travers des images d’archives de diverses sources.

Immortalisée le 3 mars 1947, la scène à la une est tirée d’un négatif représentant la rue Marie-de-l’Incarnation. On aperçoit au loin, sur la gauche, le clocher de l’ancien couvent de la Congrégation de Notre-Dame. Le couvent a été plus tard converti en école pour filles. La vue a été prise en direction nord. On y voit des bancs de neige de chaque côté de la rue (description des Archives de la Ville de Québec).

Ci-bas, la photo comparative (approximative) a été prise en date du 26 décembre 2017… sans le tracé du tramway de l’époque !

Typique tempête de mars

Le Soleil du 4 mars 1947 fait état, aux pages 1 et 3, d’une très violente tempête de neige qui s’était abattue deux jours plus tôt sur la région. Un blizzard surtout caractérisé par des vents puissants, jusqu’à « 66 milles à l’heure ».

En plus d’engendrer des pannes d’électricité qui ont interrompu la publication du journal, la tourmente a causé beaucoup de dégâts en Basse-Ville.  J.-L. Hardy cite à titre d’exemples « la toiture de la résidence de M. Jean Lirette, 347 des Oblats [et] l’échafaudage de l’église [de Notre-Dame-de-Pitié], rue Saint-Vallier, dont une partie a été jetée à terre par le vent. »

Malgré une chute de neige plutôt modeste de 4 pouces confirmée par les données météorologiques, l’intensité des rafales démontre le caractère inusité d’une « bombe météo » qui nous aurait plutôt frôlé. En effet, la région d’Ottawa a reçu au même moment 41 cm de neige. Une tempête mémorable, un peu comme la nôtre, un certain 4 mars 1971

Archives de la Ville de Québec

À l’exemple de la photo ci-haut, les images archivées de la Ville de Québec sont disponibles en ligne. On peut en faire la diffusion sans licence et sans frais en utilisant les vignettes estampées au logo de la Ville et en citant correctement les sources.

À lire aussi : Rue Marie-de-l’Incarnation (dans les années 1940 en été) et Église Notre-Dame-de-Pitié (dans les années 1970).