Marie-Osée ferme boutique avec émotion | 6 octobre 2018 | Article par Suzie Genest

Crédit photo: Isabelle Howard

Marie-Osée ferme boutique avec émotion

Hier, vendredi, en soirée, Marie-Josée Chagnon, designer et propriétaire de la boutique-atelier Marie-Osée sur Saint-Vallier Ouest, annonçait sur les réseaux sociaux la fermeture définitive de son commerce.

Celle qui avait d’abord tenu sa boutique-atelier dans le quartier Saint-Jean-Baptiste s’est montrée reconnaissante pour « 17 ans d’amitié, de soutien et de rencontres inspirantes ». Elle n’a pas manqué de remercier sa clientèle de lui avoir donné « la chance de vivre cette aventure unique qu’est de vivre du métier de designer, entrepreneur, commerçante, artiste ».

Quant aux raisons de cette fermeture, la jeune femme évoque les mutations de la vente au détail et du secteur vestimentaire.

Cela n’a pas toujours été facile surtout les dernières années. Le commerce au détail et du design de mode a beaucoup changé. Le web a pris beaucoup de place et a fait que les petites entreprises comme la mienne ont dû fermer ou s’adapter.

Ses propos sur les défis d’adaptation des petits commerce font écho à ceux tenus tout récemment par le copropriétaire du Marquis de Brummel, à Limoilou, quelques jours avant sa fermeture.

La liberté de création

Installée sur Saint-Vallier Ouest en 2016, Marie-Josée Chagnon avait dévoilé, pour son 15e anniversaire, un nouveau site web. Elle acceptait les commandes en ligne et avait une présence régulière sur Facebook; les commentaires empreints de déception et de tristesse mais aussi d’amitié n’ont d’ailleurs pas tardé à fuser suivant la publication de l’annonce hier.

La designer et entrepreneure laisse entendre dans son message d’au revoir qu’il n’était pas aisé de concilier toutes ses responsabilités avec le travail de création :

« Alors me voilà aujourd’hui au moment où je dois explorer de nouveaux horizons, là où je retrouverai la liberté de création sans limite. […] Je me donne un temps précieux pour voir où me mènera la vie et je vous ferai signe lorsque le moment sera venu. »