L’Église communautaire Mosaïque, bien ancrée dans son quartier | 25 janvier 2018 | Article par Véronique Demers

La communauté est bien diversifiée, avec des jeunes et moins jeunes, des familles et des célibataires.

Crédit photo: Courtoisie - page Facebook de l'Église communautaire Sacré-Coeur

L’Église communautaire Mosaïque, bien ancrée dans son quartier

Après avoir vu le jour en 2005 dans l’immeuble du Café-Rencontre du Centre-Ville, l’Église communautaire Mosaïque rayonne désormais au-delà des limites du quartier Saint-Roch. Pas seulement dans le nombre de fidèles, mais aussi dans les projets auxquels elle prend part.

«On veut prendre soin des gens de l’église, en organisant diverses activités qui répondent à des besoins particuliers, mais on veut aussi prendre soin des personnes du quartier, en soutenant des initiatives locales», résume l’un des pasteurs, Jérémie Vitrano. Dans le quartier Saint-Roch, l’Église est active notamment dans la soupe populaire, la Maison des enfants et le projet 180 degrés (aide aux devoirs).

Fraternité Saint-Sauveur

À l’automne 2016, la communauté chrétienne évangélique acquiert l’église catholique Sacré-Coeur du quartier Saint-Sauveur, située au coin des rues Montmartre et Renaud. Fidèle à sa mission, elle développe des partenariats avec l’Arche Jean-Vanier, le Manoir Sacré-Coeur (personnes aînées) et Flocons d’espoir (service d’aide aux femmes enceintes en situation de précarité).

« À la base, l’homme pense à ses besoins, pas aux besoins des autres. Il n’y a rien de naturel dans l’action communautaire; c’est toujours intentionnel. Il y a un verset qui dit qu’aimer juste en paroles, c’est difficile à comprendre; il doit aussi y avoir des actions. On veut démontrer l’amour de Christ dans nos actions, faire connaître aux gens de l’Église les organismes et leur donner l’occasion de s’impliquer socialement », détaille M. Vitrano.

Des fidèles de Mosaïque Sacré-Coeur aménagent un jardin communautaire, au grand bonheur des aîné.e.s à qui il est destiné.
Crédit photo: Courtoisie

En arrivant dans le quartier Saint-Sauveur, l’organisation religieuse a rapidement rencontré la direction du Manoir Sacré-Coeur, ce qui a favorisé la création d’un jardin communautaire pour les personnes âgées et l’accueil de quelques-unes d’entre elles lors des chants gospel au service du dimanche matin. «Des mamans et leurs bébés sont aussi allés les visiter», ajoute le pasteur et père de famille.

Mosaïque Sacré-Coeur est membre, avec d’autres organismes locaux, de la Fraternité Saint-Sauveur. Le comité planifie, quatre fois par année, des fêtes de quartier. « On travaille entre autres avec Jean Picher (curé de la paroisse Saint-Roch et Saint-Sauveur), qui donne beaucoup depuis de nombreuses années », évalue-t-il.

Un message contemporain

Ainsi, l’Église communautaire Mosaïque souhaite toucher des populations spécifiques, comme les immigrants, les personnes moins nanties, les étudiants et les hispanophones. Les catholiques continuent d’avoir accès au bâtiment, pour y tenir la prière de Taizé (prière chrétienne oecuménique).

« Selon moi, le grand défi de l’Église est de rendre accessible et contemporain le message de l’Évangile, d’offrir une réunion dynamique et chaleureuse », exprime le pasteur Vitrano.

Les pasteurs Jérémie Vitrano, Maxime Barrette et Christian Lachance (pasteur principal).
Crédit photo: Courtoisie

Partenaire financier?

À moyen terme, outre ses ressources humaines déployées dans divers projets, l’Église communautaire Mosaïque aimerait avoir un fonds spécial pour financer des petites initiatives de quartier. «On aimerait avoir un budget pour aider les organismes existants, comme la maison des jeunes l’Ouvre-Boîte», cite M. Vitrano.

Mosaïque Sacré-Coeur
340, rue de Montmartre