Des fleurs pour St-Pierre Roseberry, une place éphémère pour Saint-Malo | 18 janvier 2018 | Article par Suzie Genest

Crédit photo: Quinzhee - Étienne Dumas artiste 3D / Construction St-Pierre Roseberry

Des fleurs pour St-Pierre Roseberry, une place éphémère pour Saint-Malo

L’assemblée du conseil de quartier de Saint-Sauveur de janvier 2018 accueillait, hier soir, une consultation publique liée au projet Le Bayard de St-Pierre Roseberry et une présentation de Nature Québec avec la SDC Saint-Sauveur en vue d’une place éphémère au parvis de l’église Saint-Malo.

Consultation sans anicroche

Les modifications sur lesquelles portait la consultation publique pour le 426 Bayard, site de l’ancien Poulet Frit Kentucky  – et de l’ancienne Clinique vétérinaire des Chutes – concernaient l’autorisation de construire 20 unités d’habitation dans un même bâtiment, là où le zonage les limitait à 12. Elles visaient aussi à permettre au rez-de-chaussée, du côté Charest Ouest, les usages de services administratifs, de vente au détail et services, de restaurant.

Avant la recommandation, unanime, du conseil de quartier, les questions et commentaires du public ont permis de préciser des détails de la construction, du verdissement, les intentions du promoteur pour les espaces commerciaux.

Le Bayard comptera 3 étages du côté de la rue Bagot et 4 du côté de Charest Ouest. Les unités de logement locatif « pas haut de gamme », « accessibles », « visent une clientèle moyenne », a indiqué le promoteur, soulignant qu’il n’y aurait « pas de Airbnb ». Au  rez-de-chaussée, dans deux locaux totalisant 250 mètres carrés, il souhaite voir s’implanter des commerces de détail ou services de proximité répondant aux besoins du quartier. En plus d’inviter les suggestions, il s’est dit prêt à patienter pour trouver les occupants qui conviennent : « On n’est pas pressés », a assuré Sébastien Roseberry.

Le projet prévoit un toit vert, des graminées pour ceinturer la terrasse, un mur végétalisé inspiré d’un concept thaïlandais. Son stationnement souterrain de 13 places comprendra un espace sécurisé pour le rangement des vélos. Le promoteur est en discussion avec Communauto pour accueillir des véhicules en autopartage. La livraison du Bayard est fixée à la période de mars à juillet 2019.

Plusieurs personnes, lors de leurs interventions, ont manifesté leur appréciation pour le projet et son intégration au secteur, et pour les réalisations antérieures de St-Pierre Roseberry. Présent jusqu’à la fin de l’assemblée, vers 22h25, « par respect pour les gens qui [l’avaient] écouté », Sébastien Roseberry s’est dit surpris et touché par la tournure de la consultation publique.

Je ne savais pas à quoi m’attendre, c’était une première fois. J’ai été très agréablement surpris! Je ne savais pas qu’ils me connaissaient… c’est un peu gênant. Je vais rarement dans des rencontres publiques, je suis plus souvent sur les chantiers, avec mon sac à clous! […] Parfois on reçoit des menaces, les chantiers bloquent la circulation… C’est rare qu’on a des tapes dans le dos comme ça, c’est encourageant!

Aménagements potentiels au parvis de l’église Sainte-Angèle-de-Saint-Malo

En partenariat, la SDC Saint-Sauveur et Nature Québec, à travers l’initiative Milieux de vie en santé, lancent l’idée d’une place éphémère au site de l’église de la paroisse de Sainte-Angèle de-Saint-Malo. L’objectif : favoriser l’appropriation de cet espace par les citoyens, par des aménagements pour verdir, ajouter du mobilier, des points d’ombre, de la peinture au sol, contribuer à sécuriser les déplacements actifs. La rue Marie-de-l’Incarnation, que borde le site, fait partie des artères identifiées comme dangereuse par piétons et cyclistes, notamment dans le cadre des démarches vers le Plan de mobilité durable de quartier.

Après l’Oasis, la placette Saint-Sauveur, le passage de SPOT, la Promenade Saint-Vallier, ce projet vise à doter le quartier d’un autre lieu où petits et grands pourront se rencontrer, se reposer, se rafraîchir en été, socialiser, pique-niquer, jouer… Il se veut aussi une façon de mettre la table en vue d’éventuels aménagements permanents qui rendraient cet espace appropriable, utilisable, sécuritaire en toute saison.

Dans une démarche participative, citoyens, organismes et acteurs du quartier seront conviés à une rencontre d’information et de consultation, pour laquelle le conseil de quartier de Saint-Sauveur était hier sollicité.