Le curé Picher va démissionner cet été | 7 février 2018 | Article par Véronique Demers

Jean Picher, curé de Saint-Sauveur et Saint-Roch.

Crédit photo: Véronique Demers

Le curé Picher va démissionner cet été

Figure importante dans le paysage religieux et communautaire de la Basse-Ville de Québec, le curé de Saint-Sauveur et Saint-Roch, Jean Picher, quittera ses fonctions le 31 juillet.

« On démissionne d’une fonction, mais pas du fait d’être prêtre. Tant que je suis en bonne santé, je vais demeurer actif. Je pourrai continuer de présider les messes et donner des sacrements », explique l’homme religieux de 72 ans.

Le curé Picher démissionne au milieu d’un mandat qui allait, autrement, le mener jusqu’en 2021. Le principal intéressé choisit une date stratégique, soit la veille des nominations des fonctions ecclésiales au sein du Diocèse de Québec, le 1er août.

Relève

« Je vais rester en contact avec les gens du milieu, avec qui j’ai noué beaucoup d’amitiés. Dans la prochaine année, je vais surtout travailler à la cause (canonisation) de Colette Samson, la fondatrice de la Maison Revivre. D’autres engagements se préciseront plus tard », mentionne Mgr Picher.

Michel Drouin, curé de Saint-Malo et Notre-Dame-de-Vanier, est l’abbé pressenti pour veiller aux quatre paroisses – Notre-Dame-de-Saint-Roch, Saint-Sauveur, Sainte-Angèle-de-Saint-Malo et Notre-Dame-de-Vanier – qui seront fusionnées le 1er janvier 2019. Jean Picher espère que son homologue pourra y apporter un esprit de renouveau.

« Mon ministère de célébration et d’éducation de la foi doit aussi encourager tout ce qui favorise la fraternité, l’entraide et la justice sociale dans le milieu. »
Crédit photo: Véronique Demers

« On est passé d’une vie paroissiale grandement animée, au coeur du quartier, à une vie paroissiale désormais vécue par une minorité. Je n’ai pas de réponse claire à ce changement. On a essayé de moderniser les célébrations de diverses manières, mais ça n’a pas donné des résultats probants », exprime celui qui a été ordonné prêtre en 1968.

Engagement social et communautaire

Saint-Roch a été la première paroisse où le curé Picher a exercé son ministère. Il aura passé 25 ans au sein des paroisses de la Basse-Ville (Notre-Dame de Saint-Roch, Saint-Malo et Saint-Sauveur), où il dit avoir vécu ses moments les plus forts et les plus heureux.

Depuis le début, j’ai voulu continuer les bons coups de mes prédécesseurs dans les mouvements sociaux du quartier (CCCQSS, Engrenage, Fondation Saint-Roch) et être présent pour les gens. Chaque personne a sa valeur, peu importe son degré d’instruction ou la taille de son portefeuille. Mon ministère de célébration et d’éducation de la foi doit aussi encourager tout ce qui favorise la fraternité, l’entraide et la justice sociale dans le milieu.