AVES : 20 ans et près de 2 M$ en coopération internationale | 1 février 2018 | Article par Véronique Demers

Un jardin communautaire aménagé à Caluqui, en Équateur.

Crédit photo: Jessika Moisan

AVES : 20 ans et près de 2 M$ en coopération internationale

Alternative de vie/Éveil social (AVES) a développé sa niche dans la coopération internationale en Amérique du Sud et en Amérique centrale, soit au Guatemala, au Pérou, en Équateur et au Nicaragua. L’organisme donnera en mars le coup d’envoi aux festivités de son 20e anniversaire, qui se poursuivront jusqu’en août 2019. Un brunch bénéfice aura lieu en novembre 2018.

Depuis la fondation de l’organisme, près de 2000 participants de Québec, de Montréal et du Nouveau-Brunswick ont aidé 600 familles des pays partenaires, ce qui a généré près de 2 M$ en coopération internationale. Environ 85% des participants sont âgés entre 16 et 30 ans et réalisent leur premier séjour à l’étranger. «La coopération internationale, ce n’est pas glamour. Mais on a du soutien des congrégations religieuses et du gouvernement», souligne Steve Lemoine, directeur général et fondateur d’AVES.

Steve Lemoine, directeur général d’AVES et Jessika Moisan, guide accompagnatrice pour les séjours en Équateur.
Crédit photo: Véronique Demers

Du 30 janvier au 12 février, cinq coopérants s’envoleront pour le Pérou, près de Cusco. Leur mission première sera de planter des pommiers et des poiriers, ainsi que d’aménager une bibliothèque et de fournir du matériel éducatif pour les enfants.

Survivre à la guerre civile

« On organise des stages de deux à trois semaines, dans les familles, pour sensibiliser les gens d’ici à une réalité différente. Au Québec, on est souvent pris dans un tourbillon d’activités où l’on tend oublier la solidarité et l’ouverture d’esprit. Les stages permettent aux participants de mettre en application ces valeurs », évalue M. Lemoine.

« On travaille avec des coopératives, dont une au Guatemala, où la guerre civile a sévi (1960-1996). Les victimes de la guerre ont laissé beaucoup de femmes seules. Elles ont voulu améliorer leur sort en démarrant une coopérative d’artisanat. Avec notre contribution, elles vivent mieux; elles sont passées de maisons avec un plancher en terre à des maisons avec un plancher de tuiles », illustre le directeur général d’AVES.

Partenariat technologique

L’organisme ayant pignon sur rue sur l’avenue des Oblats s’associe avec le commerce Fix-ton-padget à proximité pour un projet de plantation d’arbres. « Ils veulent nous offrir un pourcentage des ventes sur la réparation de cellulaires pour financer la plantation d’arbres au Pérou et en Équateur », précise Steve Lemoine.

Mathieu Ainsley de Fix-ton-padget confirme le partenariat : « On va aussi fournir des téléphones aux guides accompagnateurs pour les projets. Tout ça devrait se mettre en branle en février », estime-t-il.

Vision du monde

AVES collabore étroitement avec des commissions scolaires de la grande région de Québec et des cégeps (Garneau et Jonquière) dans ses projets. Jessika Moisan, enseignante au primaire à Québec, est devenue accompagnatrice après un premier stage comme participante.

Ma première coopération internationale, en 2010 au Pérou, m’a donné la piqûre! J’ai concentré ensuite mes autres voyages en Équateur, où je suis tombée en amour avec la communauté de Caluqui. Le mode de vie des gens là-bas est simple. On a tellement à apprendre d’eux! (…) En revenant au Québec, j’ai eu un choc culturel. J’en suis venue à construire ma propre vision du monde, pour trouver un équilibre. Mais ça vaut la peine de sortir de chez soi, de s’imprégner de la culture de l’autre.

Jessika Moisan a beaucoup de plaisir à participer à l’éducation des enfants, lors de ses séjours en Équateur.

AVES en chiffres

  • 165 000$ de budget annuel
  • 2 M$ de retombées dans les pays partenaires
  • 3 M$ injectés au Québec
  • 3 employés
  • 10 contractuels
  • Près de 50 bénévoles par année

Alternative de vie / Éveil social
518, avenue des Oblats
418 683-7627