Un « off festival » de la Nouvelle-France dans Saint-Sauveur | 7 août 2017 | Article par Dominic Champagne

Crédit photo: Image : Cathrine Davis

Un « off festival » de la Nouvelle-France dans Saint-Sauveur

La première édition des Rendez-vous d’histoire de la Nouvelle-France, en marge des Fêtes de la Nouvelle-France, se tiendra du 10 au 13 août dans le quartier Saint-Sauveur. L’événement consacré exclusivement à l’histoire présentera des conférences, des ateliers et des activités spéciales durant ces quatre jours.

L’historienne Catherine Ferland, qui organise la première édition, croit que ces rendez-vous seront complémentaires aux Fêtes de la Nouvelle-France (FNF) :

Ce seront toutes des activités pour transmettre les notions d’histoire, ce qui est devenu un peu la lacune des Fêtes, car l’histoire est de plus en plus « minorisée » durant l’événement. Je ne dis pas qu’elle est absente, mais disons que la notion de carnaval a pris le devant, et c’est à ça que je m’attaque. C’est un peu comme un « off FNF » qu’on organise. Mais ce qui est capoté ici, c’est qu’habituellement les « off » ont une programmation plus « funky », mais nous, c’est l’inverse, on est plus sérieux !

En lançant l’idée sur Facebook un peu à la blague, elle s’est aperçu que beaucoup d’historiens, d’archéologues et d’amoureux d’histoire levaient la main et démontraient un intérêt. Des passionnés qui se sont sentis un peu orphelins des Fêtes de la Nouvelle-France avec la programmation, mais qui devraient, croit-elle, se raccrocher avec les rendez-vous d’histoire. « Y’a des gens qui en mangent, de l’histoire, et qui sont curieux », résume l’historienne.

J’ai pris soin, en faisant la programmation, de ne pas tirer dans le pied des collègues qui font des conférences ailleurs comme au Musée de la civilisation, afin qu’il n’y ait pas de conflits d’horaire. C’est pour ça que mes activités ne partent pas à heure fixe tous les jours, pour ne pas nuire au effort de bonne volonté des FNF.

Tricorne et bouffe d’époque

Il n’y aura pas de frais d’entrée pour les activités, qui auront lieu du 10 au 13 août, mais la contribution volontaire sera encouragée, explique madame Ferland : « On va passer le tricorne au lieu du chapeau. » Les gens seront invités à consommer, mais sur une base volontaire aussi. Madame Ferland avoue que cette première expérience est un test :

Québec est le berceau de l’Amérique française et un lieu d’histoire en soi, alors pourquoi on n’a pas de festival d’histoire à Québec?

Des activités ressortent du lot comme le moulin à parole, une sorte de karaoké à éléments historiques où des participants viendront présenter des documents anecdotiques sur la Nouvelle-France. Il y aura une conférence sur la vie musicale et trois conférences avec des menus d’époque intitulées Boire et manger. « Boire et manger au temps de l’intendant Hocquart portera sur cet administrateur qui était en charge au moment où ça va pour le mieux ici au début du 18e siècle. Les gens ne manquent pas de bouffe et on a une belle agriculture. À l’époque, on a une meilleure carte des vins ici, qu’en métropole. »

La plupart des activités et ateliers se tiennent au Griendel, avec déplacement au Centre Edouard-Lavergne ou au Centre récréatif Saint-Roch pour les conférences en soirée.

Bon festival!

Toutes les informations sur les Rendez-vous d’histoire de la Nouvelle-France se trouvent sur le site web de l’événement et sur sa page Facebook.