Les Interférences de Louis-Robert Bouchard

qdte_cr_vincent_cossette

Installés depuis un an dans Saint-Sauveur, Louis-Robert Bouchard et l’organisme Interférences dévoileront le 9 mai une exposition issue d’une collaboration avec Le QUAI et des jeunes citoyens : Québec dans tous ses états. Monsaintsauveur a rencontré ce touche-à-tout.

De l’analogique au virtuel

Louis-Robert Bouchard a fondé Interférences arts et technologies à l’image de son réseau. À travers la production d’oeuvres, la médiation culturelle, la formation-consultation, l’organisme se consacre à la démocratisation des arts et des technologies. Ses collaborateurs nombreux lui donnent des airs de collectif, mais il repose surtout sur un homme-orchestre.

Louis-Robert et Interférences cohabitent et collaborent avec Bruno Matte, concepteur éclairagiste pour Machine de cirque, Crépuscule de Flip FabriQue, Les Aiguilles et l’Opium de Robert Lepage. Au sous-sol, ils ont un studio de musique où domine l’équipement de Louis-Robert, notamment guitariste. Son coin atelier à l’étage accueille quelques dinosaures analogiques parmi des périphériques plus contemporains. Durant ses études en audiovisuel et télécommunications, au Cégep de Limoilou, Louis-Robert était de la dernière cohorte à suivre deux ans de cours en électronique… et il en tire partie.

Après un détour par la lutherie, il a travaillé comme technicien en audiovisuel au LAMIC (Laboratoire spécialisé en muséologie expérimentale prenant appui sur les technologies de l’information et de la communication) et au LANTISS (Laboratoire des nouvelles technologies, de l’image, du son et de la scène), et roulé sa bosse comme technicien de scène et d’événements.

On l’a vu orchestrer les Soirées d’impro multi, créer des environnements audiovisuels pour des spectacles de musique, de danse et des expositions, travailler avec des artistes visuels, médiateurs culturels et historiens de l’art. Il a réalisé l’intégration vidéo du parcours inaugural de la Maison de la littérature. Avec Alexandre Quessy, il a inventé la canette de peinture virtuelle de la performance de graffiti numérique Encres et lumières créée en 2016 avec des élèves de l’école Louis-Joseph Perreault et les artistes Nathalie Côté et Patrick Beaulieu.

Encres et lumières

[vimeo clip_id= »173770547″ width= »625″ height= » »]

Québec dans tous ses états

Québec dans tous ses états s’inscrit dans la continuité d’Encres et lumières, cette fois avec des jeunes de différentes communautés culturelles. Des ateliers sur le patrimoine, la technologie, la scénographie et une fin de semaine de création intensive ont mené à l’exposition finale. Travailler avec des jeunes d’âge collégial a permis d’aller plus loin, d’être plus audacieux, constate Louis-Robert Bouchard, ajoutant :

À cet âge-là, on a peut-être encore plus de chances de les marquer par rapport au milieu culturel. Ils sont plus impliqués, plus intéressés, ils peuvent aussi aider plus activement dans la production s’ils veulent. »

Outre Kasia Basta, fondatrice de Le QUAI – développement interculturel, la scénographe Julie Lévesque, l’historienne de l’art Julie MongrainMarc Doucet à la direction technique et Vincent Cossette aux communications complètent l’équipe du projet.

À mi-chemin de la reconnaissance

Visions_Of_Community-15_WEBDes huit ans que Louis-Robert Bouchard s’était donnés pour être reconnu artistiquement, il en reste quatre. Ce printemps, il réalisait une résidence à la bibliothèque Félix-Leclerc, alors que son installation Vision of Community, créée avec des citoyens de la communauté anglophone, était présentée au Morrin Center. Il se produisait lors des Nuits psychédéliques, et de nouvelles résidences se profilaient pour l’été et l’automne avec le LANTISS, les Productions Recto-Verso, l’Agence Topo. Il mûrissait une idée de performance-installation et un éventuel troisième projet de graffiti virtuel.

Si l’étroite association entre Louis-Robert Bouchard et l’organisme qu’il dirige a pu interférer sur la reconnaissance de sa pratique par les conseils des arts, il a sa propre démarche d’artiste… mais pas en art numérique :

L’art numérique, ça n’existe pas. Pas plus que le pastel n’est une forme d’art ! Le numérique, c’est un outil, ou un médium, pour les différentes formes d’art. »

Le vernissage de Québec dans tous états a lieu au studio d’Essai le 9 mai à 17 h. L’exposition se poursuivra jusqu’au 21 mai.