L’école Saint-Malo et la Mosquée de la Capitale verdissent ensemble | 1 juin 2017 | Article par Suzie Genest

Crédit photo : Suzie Genest

L’école Saint-Malo et la Mosquée de la Capitale verdissent ensemble

L’école primaire Saint-Malo a concrétisé aujourd’hui avec des voisins, dont ceux de la Mosquée de la Capitale, la première étape d’un projet de verdissement en façade de son bâtiment.

Pour cette première phase, des représentants de chaque classe étaient invités à planter leur arbuste devant l’école de la rue Marie-de-l’Incarnation. Voisine immédiate, la Mosquée s’est engagée à participer à l’entretien de ces végétaux, notamment durant les vacances scolaires. Les jeunes de l’école d’été de la Mosquée, de même que ceux du camp de jour du Centre Durocher, en face de l’école Saint-Malo, prendront ainsi la relève des élèves pour arroser durant les journées chaudes.

Un espace de voisinage

Pour concrétiser le projet, l’école a fait appel à Sébastien St-Onge, consultant en environnement et en urbanisme. Il connaît bien le quartier Saint-Sauveur, ayant déjà travaillé entre autres avec la CDÉC (pour l’Approche territoriale intégrée) et à Vivre en ville.

Le plus gros bénéfice que je vois, il est social. La plante devient un prétexte pour la rencontre culturelle. Puis au niveau environnemental, c’est une rue qui est très passante […], j’ai joué beaucoup avec les contrastes des feuillages en fonction des saisons. L’automne, il y a des arbustes qui vont devenir rouge pétant. […] L’odeur des voitures est là; quand les végétaux vont être à leur maturité, il va y avoir l’odeur des sureaux. […] On n’y va pas dans une perspective d’avoir une plate-bande léchée. Les végétaux, plus ils sont diversifiés, plus les bénéfices psychologiques sont importants.

L’idée de verdir l’îlot de chaleur bétonné sur lequel se trouve l’école germait depuis quelques années, confie Nancy Fall, une des deux enseignantes (avec Sara Paquet) qui se sont particulièrement investies dans ce projet. Issue d’une famille d’apiculteurs, sensible à la nature, madame Fall avait à coeur d’en faire profiter « son école ». Verdir, comme mettre du mobilier dans la cour d’école, bénéficie aussi aux familles des élèves, qui ont ainsi accès à un espace agréable en-dehors des heures d’école, explique-t-elle.

Très multiculturelle, l’école primaire Saint-Malo a trouvé un partenaire naturel chez ses voisins de la Mosquée. D’autres organismes et bénévoles du quartier prennent aussi part au projet, en plus de la Commission scolaire de la Capitale, du Club Optimiste, des Chevaliers de Colomb, de la Fondation Monique Fitz-Back et de la députée de Taschereau Agnès Maltais, qui y ont apporté un soutien financier. Présente pour le début de la plantation, la députée provinciale n’a pas ménagé ses félicitations pour cette initiative d’un « quartier où le monde se tient », a-t-elle souligné.