Belles foules en Basse-Ville pour la Parade des jouets 2017 | 12 novembre 2017 | Article par Suzie Genest

Belles foules en Basse-Ville pour la Parade des jouets 2017

C’est hier, samedi 11 novembre, qu’avait lieu en Basse-Ville la 16e Parade des jouets présentée par iA Groupe financier, à laquelle collaborent de nombreux acteurs commerciaux et communautaires de Saint-Sauveur, Saint-Roch, Limoilou. À défaut de parcourir moi-même chaque quartier, j’ai lancé un appel à contributions dans mon réseau de lecteurs.

Départ en liesse à Saint-Sauveur

À nouveau, le parc Durocher proposait, dès le début d’après-midi, un tailgate présenté par la SDC Saint-Sauveur et ses membres. Sous le chapiteau McDo, café, chocolat chaud, hot-dogs, soupe à la courge ont fait fureur pour réchauffer petits et moins petits en attente du grand départ. Également sur place, Votepour.ca prenait le pouls citoyen au sujet du potentiel projet de réaménagement de la rue Saint-Vallier Ouest, objet d’un sondage présentement en ligne.

La foule de visiteurs de tous âges était plutôt dense sur les deux rives de l’artère commerciale, de Carillon à Langelier, et nombreuse aussi sur la rue Simon-Napoléon-Parent, où la parade se mettait en branle. Les plus prévoyants avaient amené une chaise. D’autres sirotaient un verre ou une tasse aux fenêtres du Griendel ou de Ma Station, sacrifiant une bonne vue au profit de la chaleur.

À la tête du convoi, les boîtes chargées de dons de jouets destinés à des familles dans le besoin ont suscité sourires, applaudissements, fierté. Le camion de Postes Canada appelé en renfort pour transporter cette solidaire cargaison était encadré par des lutins de l’Armée du Salut, les animateurs de la Joujouthèque Basse-Ville en dossards rouges et le nouveau conseiller municipal de Saint-Roch – Saint-Sauveur Pierre-Luc Lachance. On les reconnaît presque sur cette photo Instagram.

La traversée de Saint-Roch

Difficile d’évaluer l’ampleur de la foule dans Saint-Roch, faute d’avoir suivi le défilé sur tout son tracé. Le premier tronçon de Saint-Joseph Est, entre Langelier et Caron, semblait le plus clairsemé. Plus on avançait vers l’église Saint-Roch, plus nombreuse était la foule sur les trottoirs ou en file dans les établissements servant café, thé, chocolat chaud. Sur le parvis se trouvait une seconde zone d’animation, présentée par la SDC St-Roch et ses membres, avec jeux gonflables et gradins.

Ici, mes contributeurs citoyens, arrivés d’avance pour attendre le défilé, ont dû y renoncer pour aller réchauffer le petit Abel, âgé de 11 mois. Transportons-nous donc vers la 3e Avenue.

Fin de parcours à Limoilou

Posté à Limoilou en compagnie de petits experts attentifs, notre collègue Raymond Poirier a scruté les chars et personnages qui venaient de traverser deux quartiers :

On sentait un brin l’essoufflement des troupes – une fatigue bien raisonnable, compte tenu des quelque deux heures de parcours. Cela dit, apparence de fatigue ne voulait pas dire manque d’enthousiasme. Performeurs – danseurs, musiciens, mascottes et le reste – donnaient la balance de leur énergie. À coup de regards complices, salutations et sourires, ils tentaient de prendre contact, de connecter avec la foule nombreuse sans être compacte de la 3e Avenue. Les tableaux s’enfilaient, en escalade vers le Père Noël. Un parcours sans surprises mais sans fausses notes. Une lancée sympathique vers décembre, vers la période des Fêtes qui arrive à grands pas. Tel un coup de semonce, quoi!

Le char préféré des petits ? Celui du Père Noël, « porteur, justement, de cette frénésie des fêtes qui s’annonce ». Une préférence apparemment partagée par deux autres petits critiques accompagnés entre autres par Stéphane, résident de Maizerets :

Eugénie et Élie ont vraiment apprécié l’expérience en dépit du froid presque polaire qui gelait le bout des doigts. C’est certain que la magie en prend pour son rhume avec les bannières publicitaires de l’Industrielle Alliance et de TVA, mais comme le financement se fait anémique, il faut rendre la magie possible en cette ère néolibérale. Quant au Père Noël, il a su se faire désirer le snoreau en étant à la toute fin du défilé.

Après ce beau samedi, c’était au tour de la Haute-Ville de recevoir dimanche, sur Grande-Allée, le convoi festif.