Potluck pour la Maison de la culture, sondage pour les logements sociaux

convoi1potluck

À sa dernière journée d’escale au parc Durocher, le Convoi de L’orchestre d’hommes-orchestres a été le théâtre dimanche d’un potluck où plus de 80 Saint-Sauveroises et Saint-Sauverois sont passés tout au long du 4 à 7 pour témoigner leur soutien au projet de Maison de la culture.

Outre les membres du Comité des citoyens et des citoyennes du quartier Saint-Sauveur (CCCQSS) actifs dans la sauvegarde de l’ancien Centre Durocher et le projet de Maison de la culture, des signataires de la pétition, des auteurs des lettres ouvertes parues dans les journaux, des artistes et travailleurs culturels avec leurs enfants, mais aussi de nouveaux visages étaient au rendez-vous. Un couple de quadragénaires installé à Saint-Sauveur depuis huit ans, ni membre du CCCQSS ni autrement militant, a expliqué être venu par solidarité, sensible à l’attachement des gens du quartier à l’ancien Centre Durocher.

autocollants Maison de la culture - Centre DurocherSi on regardait Saint-Sauveur d’en-haut, je pense que ce serait réellement LE centre du quartier. J’avais enlevé de ma fenêtre ma petite affiche avec le coeur du quartier parce que je pensais qu’il n’y avait plus d’espoir. Je vais la remettre. », nous a dit la dame.

Micro et coeur ouverts

Une période de micro ouvert permettait à tout un chacun d’intervenir à tour de rôle. Les premiers ont rappelé l’existence dans le quartier d’autres terrains adéquats pour du logement social et communautaire, de même que la valeur de l’expertise citoyenne. Plusieurs ont salué la persévérance des membres et permanents du CCCQSS devant le mutisme des élus municipaux, qui n’ont donné suite à aucune de leurs invitations à rencontrer la population ou le comité.annegeretteParmi eux, l’écrivain Alain Beaulieu a lancé deux questions : Les élus représentent-ils la population ou uniquement la Ville auprès de la population ? Pourquoi le maire Labeaume n’a-t-il pas le désir de laisser un legs intéressant à Saint-Sauveur comme il le fait dans d’autres quartiers ? À son tour de parole, la conseillère du district du Cap-aux-Diamants Anne Guérette a qualifié de « déplorable » le mutisme des élus, ajoutant :

Quand des citoyens se mobilisent aussi fortement dans un projet, c’est peut-être parce que les élus en place sont en train de faire une erreur, ou en train de manquer une occasion de faire mieux encore. La seule façon, c’est vraiment le dialogue. Je dis aux élus en place : rencontrez les gens de Saint-Sauveur, qui sont en train de se battre pour leur patrimoine. »

La candidate à la chefferie de Démocratie Québec a rappelé qu’elle et ses collègues de l’opposition partageaient la vision portée par les citoyens de Saint-Sauveur, et qu’ils avaient leur soutien.Interviewé avant l’arrivée du Convoi dans Saint-Sauveur, Simon Drouin de L’orchestre d’hommes-orchestres, dont les membres habitent presque tous Limoilou ou Saint-Sauveur, avait souligné l’importance, de son point de vue, de doter les quartiers de lieux culturels mixtes à leur échelle.

ouiÀ Saint-Sauveur, il y a quelque chose qui ne se passe pas au niveau culturel : on n’investit pas… Je n’ai pas l’impression que la centralisation de la culture, c’est une bonne idée. Avoir des plus petits lieux dans les quartiers, ça favorise aussi les projets qui ont la valeur d’être plus petits. Avec les maisons de la culture à Montréal, ça se passe bien. Mêler culture et autre chose – sportif, communautaire, etc. – c’est très intéressant. »

Un sondage Léger et Léger ?

Des résidents de Saint-Sauveur au potluck nous ont dit avoir été sondés par téléphone, par la firme Léger et Léger, au sujet de l’avenir de l’ancien Centre Durocher. Outre celles visant à dresser le profil socio-démographique des répondants, le sondage contenait une seule question. On demandait aux répondants leur degré d’accord avec le projet de construction à l’ancien Centre Durocher de logements sociaux pour les familles à faible revenu du quartier et de l’arrondissement, intégrant une salle communautaire et un point de services de la Bibliothèque de Québec. Un collaborateur de Monsaintsauveur, résident du boulevard Charest Est, dans Saint-Roch, aurait également été contacté; toutefois on lui a indiqué que le nombre de répondants souhaités dans son quartier était déjà atteint. Selon nos sources, les sondeurs n’auraient pas révélé aux répondants qui a commandé le sondage.