Centre Édouard-Lavergne : ultime effort pour les utilisateurs du gym

Panorama Saint Sauveur Edouard Lavergne

À quelques jours de la fermeture du gym du Centre Édouard-Lavergne, les utilisateurs lancent un dernier appel afin de faire infirmer la décision prise par la Ville de Québec.

Avec l’arrivée de nouveau Centre de la petite enfance (CPE) dans le bâtiment, les travaux de réaménagement annoncés obligent la fermeture du centre d’entraînement, de la salle de danse et du dojo qui occupe présentement le deuxième étage. Une pétition de plus de 350 résidents en faveur du maintien des activités au Centre Édouard Lavergne a été déposée au Conseil municipal du 6 juin dernier. Les citoyens ont fait le tour des conseils de quartier, d’arrondissement et municipal afin de prendre la parole, poser des questions et signifier leur déception.Pierre St-Vincent, un résident et propriétaire du quartier, s’entraîne au gym cinq à six fois semaines. Il a envoyé un message au bureau du maire et au comité exécutif :

J’ai rappelé que la ville avait un plan qui mettait de l’avant la santé, le sport et le bien-être de la population. On est en 2016, le plan est encore en cours, et ils ferment le gymnase. C’est contradictoire ! »

Louise Roy, de son côté, visite le gym trois fois par semaine et cherche encore des solutions :

Il y a vraiment beaucoup de potentiel dans ces espaces-là. C’est malheureux que la Ville décide de les transformer bureaux pour ses employés et d’enlever la possibilité aux citoyens de venir ici, dans leur gymnase communautaire. »

La relocalisation du centre de conditionnement physique est une option qui n’a pas été retenue.

Réactions de la Ville de Québec

La conseillère municipale de Saint-Roch–Saint-Sauveur, Chantal Gilbert, affirme que la décision qui a été prise est la meilleure pour le quartier : « C’est une mauvaise nouvelle pour quelqu’un de ces utilisateurs, mais l’arrivée du CPE dans le quartier en est une bonne. » À propos de la fermeture du 30 juin, madame Gilbert précise :

Si ça ferme dans la prochaine semaine, c’est la décision du Centre de loisirs Notre-Dame-de-Grâce, parce que nous leur avons donné la permission de continuer leurs activités jusqu’à la fin décembre. »

Elle ajoute que la Ville de Québec est présentement en restructuration afin de s’assurer que tous les bâtiments de la Ville soient bien utilisés et que la réflexion n’est pas terminée sur ce qui occupera le deuxième étage du 390, Arago Ouest.À lire aussi : Centre Édouard-Lavergne : « la Ville continue de s’attaquer aux services de proximité dans le quartier » et Centre Édouard-Lavergne : vocation dynamisée