Une première maison « écologique » dans Saint-Sauveur

maison_ecolo

Publicité

Les concepteurs de la maison « écologique » du 34 rue Général Mcnaughton, Simon Lepage et Silvestre Celis Mercier, avaient visiblement le goût de se détendre jeudi dernier et de fêter leur réussite lors du 5 à 8 qui y était organisé.

Il faut dire que la rénovation et l’agrandissement de cette ancienne maison de vétéran a été une réalisation de longue haleine. Il aura fallu près de deux années de travail et des centaines de milliers de dollars investis pour en venir à bout. Conjugué à un amour du détail et du travail bien fait, ces efforts ont permis de faire renaître une vieille maison mal en point de Saint-Sauveur. Le résultat final constitue un prodmaison_ecolo_2uit possiblement unique dans le quartier et sur le territoire de la Ville de Québec. D’ailleurs, la maison n’a pas tardé à trouver preneur. Sensibles aux enjeux environnementaux, les nouveaux propriétaires, une jeune famille de Limoilou, ont été séduits par le côté « écolo » de la maison. Ils recherchaient également une maison située dans un des quartiers centraux de la ville et dotée d’un cachet particulier. Ils ont été comblés.

Ambiance « écolo »

Murs intérieurs recouvert d’argile, plancher radiant à l’étage, peinture à la farine (!), système de ventilation de qualité, poutres ancestrales rescapées de Bellechâsse, profusion de bois apparent… Ce qui frappe, c’est l’attention qui a été apportée à chaque détail de la maison afin de le mettre en valeur et d’en réduire l’impact sur l’environnement. Rénovée du sous-sol au toit, la maison n’en possède pas moins déjà une ambiance que l’on ne retrouve habituellement que dans les vieilles maisons qui ont du « vécu ». La véritable personnalité de la maison ne se montre cependant vraiment que lorsque le soleil sort des nuages et inonde les pièces à la fenestration toujours généreuse.maison_ecolo_3Certains choix des concepteurs étonnent et paraissent avoir été dictés davantage par l’esthétisme que pour être fonctionnels. Ainsi de la porte vitrée de l’une des salles de bain, de la trappe de plancher qui mène au sous-sol et qui crée une ouverture inquiétante lorsque des enfants sont à proximité, de la mezzanine qui réduit la superficie de plancher à l’étage et, surtout, de l’escalier placé en plein milieu du rez-de-chaussée qui vient gruger un espace déjà limité. On aurait cependant déploré qu’il en soit autrement : ces éléments font le charme un peu fou de la maison. Il est toutefois certain que, comme dans tous les projets architecturaux qui ne sont pas du copier-coller, des ajustements seront nécessaires de la part des propriétaires.Enchanté de ma visite, je me suis éclipsé en douce pour laisser les deux compères à leurs célébrations. On souhaite à Saint-Sauveur beaucoup de projets semblables!Des photos supplémentaires de la maison peuvent être consultées ici.