Saint-Sauveur: l’avenir des services de proximité sous le regard citoyen

À l’invitation du Comité des citoyens et des citoyennes du quartier Saint-Sauveur (CCCQSS), une quinzaine de résidents du quartier et de membres du Comité se sont réunis jeudi soir dernier pour discuter de l’avenir des services de proximité dans Saint-Sauveur.« L’objectif est de ne plus être simplement en réaction, mais d’être proactif et de travailler en amont », précise Marie-Jöelle Lemay, membre du CCCQSS et coanimatrice pour la soirée d’échanges.L’annonce de la fermeture du Centre Durocher a particulièrement fait réagir. Le sujet reviendra d’ailleurs régulièrement au cours de la soirée.

Publicité

Un temps pour réfléchir

À son assemblée générale d’orientation de l’automne dernier, le CCCQSS a désiré se donner un temps de réflexion pour aborder plus en profondeur et de façon collaborative certains des enjeux cruciaux pour l’avenir du quartier, dont celui des services de proximité. Les orientations et propositions qui seront développées en collaboration avec les citoyens seront soumises au conseil d’administration du CCCQSS.Nicol Tremblay, président du CCCQSS, évoque sa propre expérience du quartier où il habite depuis plus de quarante ans :

Depuis que je suis dans Saint-Sauveur, j’ai vu entre autres fermer une vingtaine d’épiceries, une dizaine d’écoles, quatre ou cinq quincailleries et quatre églises. C’est beaucoup! »

En lien avec ces services perdus, il évoque également la disparition graduelle de l’approche plus « humaine » qui les caractérisaient. Une approche gagnante à son avis et que certains grands commerces chercheraient d’ailleurs aujourd’hui à reproduire.

Un enjeu complexe

L’enjeu n’est évidemment pas simple et une soirée n’aura pas suffit à en faire le tour. Quelques pistes de réflexions et d’actions auront toutefois réussi à émerger de ce remue-méninges. On évoque la possibilité de sensibiliser les résidents à consommer dans le quartier lorsque possible ou la création d’un répertoire des commerces et services locaux. L’importance de travailler en collaboration avec les organismes de développement économique à l’établissement d’un plan global de revitalisation est également soulignée. L’absence remarquée de représentants de la Société de développement commercial de Saint-Sauveur à cette rencontre a d’ailleurs été déplorée.Enfin, des membres du CCCQSS mentionnent que malgré le rôle premier de défense des populations plus démunies que joue le Comité, ils sont conscients que le développement du quartier devra faire une place aux besoins de tout un chacun pour être durable.