Mon village en ville

Je n’aurais jamais pensé publier une photo de moi en voie d’être enroulée de papier de toilette, les cheveux parsemés de papier d’aluminium, avec le visage un tantinet coloré… Comme je dois écrire sur mon intérêt à bloguer mon quartier, ce moment où un groupe d’enfants de 7 à 9 ans du Centre Durocher a pris d’assaut mon orgueil a soudainement sa place ici! Saint-Sauveur, je l’ai connu par ses jeunes avant d’y habiter. En fait, j’y vis maintenant depuis juin 2010, parce que les enfants me l’ont fait découvrir et m’ont donné envie de traverser Langelier pour m’y installer.

Mon quartier d’adoption est assez loin de ma Côte-Nord natale, là où j’ai passé les 17 premières années de ma vie avant de partir étudier en journalisme au Saguenay. Puis, j’ai traversé le parc des Laurentides pour débarquer à Québec, quelques mois dans une résidence de l’Université Laval que j’ai fréquentée afin d’étudier la création littéraire, le tourisme, le théâtre d’intervention et les langues. Après un an dans Montcalm, Saint-Roch a été mon chez-moi pendant deux ans, le temps de me faire découvrir Saint-Sauveur.

J’aimais me promener, me perdre devrais-je plutôt dire, dans les rues autour de l’école Sacré-Cœur où je donnais des ateliers artistiques. Je ne pensais pas me retrouver à habiter à trois minutes à pied de là, ni à surnommer le Bonichoix du coin « l’épicerie de village ».  C’est l’impression que ça me donnait, Saint-Sauveur, un village où tout le monde a un lien de près ou de loin avec tout le monde. Puis, j’ai commencé à connaître les gens du coin, en passant tous mes samedis avec les jeunes du Centre Durocher pendant un an, à jouer aux quilles et à glisser au Parc Victoria. J’avais envie de vivre dans cet esprit communautaire que je n’avais jamais connu avant. J’y vis maintenant depuis près de trois ans. J’y travaille encore à l’occasion. Je m’y implique aussi, dans l’Association des Bienfaiteurs du Centre Durocher et dans le Conseil de quartier.

Je vais bloguer ici pour parler de notre actualité, parce qu’il s’en passe des choses entre la falaise et la rivière. J’espère aussi découvrir et faire découvrir des lieux, des gens et des parties de notre histoire. Puisque je suis guide touristique, j’ai l’habitude de me promener avec des gens d’ailleurs, principalement dans le Vieux-Québec. J’ai envie, grâce à ce blogue, de me promener ici, chez moi, chez vous, avec vous.

Un quartier, on peut l’habiter, mais c’est beaucoup plus intéressant quand on y vit. C’est dans Saint-Sauveur que j’habite, mais c’est aussi dans Saint-Sauveur que je sors manger, que je travaille, que j’organise un événement bénéfice, que j’essaie un nouveau sport, que je jase sur le coin d’une rue avec quelqu’un de 15 ans mon cadet ou 30 ans mon aîné. C’est la vie dans Saint-Sauveur que j’ai envie de raconter.