Balade urbaine dans le Parc industriel Saint-Malo (2)

Chaufferie Saint-MaloDans mon précédent billet, Mr Charles Demers, le gouverneur du Parc industriel Saint-Malo, posait un regard réaliste sur l’aspect parfois un peu abandonné et le manque de sentiment d’appartenance des occupants du parc. Pourtant, il se pourrait bien qu’un vent de changement souffle sur le parc !

Des légumes sur les toits ?

Les sites industriels anciens ont l’avantage d’offrir des terrains et bâtiments nombreux et vastes, bien localisés en bordure d’axes de transports. Les entreprises qui viennent et viendront s’installer dans le parc ont un tout autre visage. Fini l’industrie lourde, la tendance à l’investissement dans les entreprises vertes est en pleine croissance à la périphérie des villes, et cela pourrait bien changer la physionomie des lieux. De là à construire des serres sur les toits pour fournir en légumes frais et dodus le quartier Saint-Sauveur ? C ‘est que l’idée n’est pas si folle.  Considérant en autres, la surface de toits plats disponibles, un projet dans ce sens est à l’étude. Pour le moment le projet est sur la table mais le changement est déjà en cours. J’ai pu visiter un modèle d’une entreprise en pleine transition verte, installée dans une des  plus vieilles bâtisses du parc, la Chaufferie Saint-Malo.

La Chaufferie Saint-Malo inverse la vapeur !

La Chaufferie Saint-Malo est probablement le bâtiment le plus emblématique du secteur, c’est l’usine de brique dont on aperçoit les deux grandes cheminées plantées au beau milieu du parc. En passant les immenses portes du hangar principal, la surprise est totale car l’on se retrouve plongé dans un décor  industriel digne du XIXème siècle. A l’origine, on  fabriquait en ces lieux des locomotives, ce qui explique la hauteur de plafond de la bâtisse dont la charpente métallique est magnifique. Puis, avec l’expansion du parc, l’usine s’est convertie en chaufferie.On peut encore voir les immenses fournaises à charbon qui produisaient de la vapeur distribuée par un réseau souterrain de tuyaux parcourant le sous-sol du Parc pour chauffer les bâtiments  avoisinants. Le charbon était acheminé par wagons directement à l’usine par un système de rails qui montaient au premier étage.  On peu très bien imaginer le bruit, la suie et la chaleur intense du charbon qui brulait alors jour et nuit. Mr André qui dirige aujourd’hui la Chaufferie est passionné par l’histoire de l’usine qu’il occupe aujourd’hui et qu’il est en train de révolutionner. La visite est fascinante, les vieilles machines rutilantes , les casiers des ouvriers d’autrefois sont encore là. Une jungle de  tuyaux qui montent et descendent, les cadrans pour toujours arrêtés  et les luminaires industriels gigantesques en font un décor étonnant. Une grande marque de vêtements vient d’ailleurs de terminer un shooting de mode de trois jours au beau milieu des installations. Le directeur artistique voulait même repartir avec un ou deux luminaires et les pattes d’une vieille table industrielle des années 1950 !

Le virage vert de la Chaufferie

Avec le temps, le charbon fut remplacé par le mazout et les fournaises aujourd’hui silencieuses sont presque des pièces de musée. Une plaque de fonte indique le nom du c0nstructeur Vickers Keller, qui, en d’autres temps, avait équipé le Titanic de fournaises ! Impressionnant ! Aujourd’hui, la vapeur est produite par le gaz (dite « alimentaire ») qui peut être utilisée pour faire cuire des aliments  en quantité industrielle tout en chauffant les bâtiments !  Le changement vers de la vapeur produite par la biomasse est imminent. Chauffage Saint-Malo entend aujourd’hui transformer les installations de chauffage du parc industriel en vitrine des technologies vertes.  L’entreprise  est en train de développer  un procédé qui permettra de transformer des résidus de bois de toute sorte  en une poudre de bois sèche, qui pourra être utilisée telle quelle ou convertie en granules, et ainsi servir de combustible pour envoyer à ses clients une vapeur toute propre et sans le recours aux énergies fossiles.Si l’on rêve un peu, on peut bien  imaginer toute cette belle chaleur faisant pousser des légumes sur les toits des usines de Saint-Sauveur… Le parc industriel Saint-Malo n’a sûrement pas fini de nous surprendre ![ Pour en savoir plus sur le projet et découvrir les dessous de l’usine ]